Home

Le mot du jour

"Si vous croyez, vous recevrez tout ce que vous demanderez dans la prière" St Matthieu 22, 22

Aumônerie des jeunes Marignane St Victoret
La grève de faim et le jeûne. PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jean Paul   
Mardi, 18 Février 2014 08:59

La grève de faim et le Jeûne.

Ceux qui font la grève de faim ont des idéaux précis qu’ils défendent au prix de leur vie. Ils pensent que ce qu’ils réclament et qu’ils n’ont pas, est constitutif de leur être profond ; aussi trouvent-ils inutile de continuer à s’alimenter quand ce pourquoi on mange semble gravement menacé par une loi ou des situations malencontreuses. Nous vivons pour être intégralement hommes : avec notre dignité, le sens de l’honneur et les droits universels des humains. Quand ces points sensibles de la personne humaine sont atteints, alors certains interrompent de s’alimenter pour dire à l’humanité : Mieux vaut laisser périr mon corps, que de donner l’impression que je vis pleinement.

Quant au jeûne, sans être une arme de conquête de l’idéal rêvé, il a certes un point d’intersection avec la grève de faim,  dans sa finalité : car le sujet qui le vit poursuit un mieux être et son épanouissement intégral. Mais, tandis que la grève de faim fait pression sur une autorité ou dénonce une situation inconfortable, le jeûne chrétien (entendu comme privation d’aliments) est une forme de pénitence subséquente à une prise de conscience que « l’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute Parole qui sort de la bouche de Dieu. » Bien sûr, le sujet qui le pratique traverse une situation de crise, endogène ou exogène, et cette situation le conduit à renoncer à certains privilèges pour implorer humblement la miséricorde de Dieu, afin que l’ordre (ou l’Alliance) soit rétablie. Dans le jeûne, le sujet lui-même se remet en cause et par finir, il s’en remet à Dieu. De plus, la nature de la privation est offerte en aumône et non thésaurisée. Pour faire court, disons que le jeûne est une démarche de conversion qui vise la réconciliation avec Dieu et avec nos frères. Le cas de David au soir de son double péché de meurtre et d’adultère, le cas aussi des Ninivites après la prédication du prophète Jonas, sont assez suggestifs. Bon temps de Carême !

Père Jean-Paul MANGOPA

Mise à jour le Mardi, 04 Mars 2014 22:09
 

Identification

Inscrivez-vous pour partager la vie de l'aumônerie.